• infos@kinoha.fr

Archives de l’auteur

Randonner seul ou en groupe ?

 

Vous avez toujours entendu “il ne faut pas marcher seul”’ ; ce conseil peut s’avérer très pertinent pour des randonneurs débutants ou inexpérimentés. Vos capacités à randonner seul ou non dépendent de plusieurs paramètres :

  • Votre condition physique
  • Votre niveau d’expérience en randonnée (compétences et connaissances)
  • La catégorie de la randonnée
  • Vos préférences personnelles

Même si marcher seul peut être pour vous d’une grande satisfaction, ne négliger pas les problèmes qui pourraient survenir lorsque vous vous engagez sur des terrains que vous ne connaissez pas et pour lesquelles vous n’êtes pas préparé physiquement, battre les sentiers n’est malheureusement pas sans risque.

Il existe trois sortes de randonnées : la sortie à la journée, l’itinérance, et le périple au long ; mais quelle que soit son intensité ou sa nature, une randonnée doit être bien préparée.

La randonnée est facilement accessible et praticable par tous, c’est une activité saine et bienfaisante où l’on est proche de la nature, mais elle reste une activité particulièrement accidentogène, ne surestimez dons pas vos capacités.

Les avantages de la randonnée en groupe

La camaraderie avec des personnes partageant les mêmes idées.

Possibilité d’apprendre de ceux qui ont une plus grande expérience. Particulièrement utile pour les nouveaux randonneurs.

Réduire la charge en partageant le matériel (en itinérance)

 

Blessure ou maladie: il est toujours réconfortant de savoir que l’assistance est proche.

Les désavantages:

Le sens de la liberté est compromis. Le rythme, les camps, les pauses, les choix alimentaires, les temps de départ et de finition sont souvent déterminés par le chef du groupe ou par consensus général.

Vous créez un impact sur l’environnement lors d’une randonnée en groupe

Plus il y a de randonneurs, plus il y a de bruit et  d’odeurs et moins on a de chance d’observer  la faune.

 

Conseil : Si vous choisissez de faire de la randonnée en groupe, faites des randonnées à la journée.

 

Les avantages de la randonnée en solo

La liberté: la liberté de choisir le rythme de marche, où vous campez, ce que vous mangez et lorsque vous faites une pause.

Connectivité: sens élevé de la connexion avec votre environnement naturel. Vous pourrez mieux observer la vie sauvage et aurez un impact réduit sur l’environnement.

Compétences: Amélioration de l’opportunité d’améliorer vos compétences en milieu sauvage. Lors de sorties avec des randonneurs plus expérimentés, il est souvent plus facile de laisser les animateurs ou les guides prendre en charge la recherche d’itinéraire, la sélection de camping, etc. Lorsque vous partez en solo, c’est vous aurez cette initiative.

Contemplation: Aucune exigence de temps et libéré du tumulte le vie urbaine, vous marchez pour vous-même, voici une occasion idéale pour la réflexion et la  méditation.

 

 

Les désavantages :

En cas de blessures ou de maladie.

Votre sac est plus lourd, puisque vous avez tout l’équipement.

Si vous marchez sur des chemins balisés, aucun problème, mais hors sentiers, vous serez seul pour vous orienter, d’où l’importance d’avoir une bonne formation en la matière.

La solitude: Certes il y a un certain  romantisme à marcher seul au milieu de la nature, cela peut sembler génial. Cependant, la réalité peut s’avérer différente, si vous n’aimez pas la solitude dans la vie quotidienne, ce sentiment sera amplifier lorsque serez au milieu de la nature.

 

Ghyslaine

Arles sur tech – Le Bonabosc

Arles sur Tech

Le Bonabosc d’Arles

 

 

 

11 Kms

Dénivelée 350 m

Temps de marche : 4h30 pauses comprises

Carte IGN : 2449 OT

Fichier GPX

Départ : prendre la D900 en direction du  Boulou-  Continuer jusqu’à Arles sur Tech. Au rond-point à l’entrée d’Arles sur Tech, Faire demi tour et  tourner à gauche rue du souvenir français. Bonabosc. continuer sur ce chemin jusqu’à un croisement de piste venant de la piste Se garer.

Balisage:  Jaune. Le balisage a été refait récemment 

Parcours ensoleillé et protégé du vent. 

Point d’intérêt : Belle vue sur le ravin du Bonabosc et la vallée au point culminant de la rando, attention au vertige, se tenir à la main courante.

Du parking continuer la route qui se transforme en piste. ignorer la piste à gauche à 500m.

Après Environ 3 km, à la bifurcation tourner à gauche.

Mas sur la droite. Dans le virage en épingle prendre le chemin qui part droit devant.

Après un torrent et des lacets, le chemin tourne à droite.

Sur le chemin, 5 cèdres rejoindre la piste sur la droite.

Au-dessous du mas, prendre le sentier qui descend sur la droite.

Arrivé à une ruine, prendre la sente peu visible qui part sur la gauche. Faire attention : Croisée de chemin peu visible.

Traverser le torrent

Chemin sur la  droite vers clairière”pla del castanyer : traverser.

puis passer entre 2 cairns.

Arrivé près d’un mas, le contourner par la gauche. Ne pas prendre la piste que l’on voit plus bas

prendre la sente qui conduit à la piste un peu plus loin.

Tourner à droite et descendre la piste jusqu’à la route,

Puis au carrefour prendre à droite pour rejoindre le parking.

Ghyslaine

Pintade aux agrumes

 

Ingrédients : 

  • une pintade fermière vidée

  • 2 oignons

  • 3 oranges

  • 1 citron (non traité)

–  2 pommes 

  • 1 bouquet garni

  • 2 cuillerées de miel

  • huile d’olive

  • sel, poivre

Préparation

Nettoyez et émincez les oignons. Faites chauffer la cocote avec une peu d’huile d’olive, puis placez la pintade vidée de ses abats, et la faire dorer sur tous les côtés.

Préparez un jus de fruits avec les oranges et le citron, en reservant les zestes  des fruits.

Déglacer la pintade avec le zeste d’une orange, puis verser le jus de tous les agrumes, le bouquet garni et deux belles cuillerées de miel. Salez et poivrez à votre convenance. Couvrez la cocotte et laissez mijoter pendant 1 heure. Mouillez bien pendant la cuisson de façon à garder la chair tendre de la pintade, c’est une volaille qui se dessèche rapidement.
Retirez la pintade de son jus et réservez-la au chaud.

Faire cuire les pomme au four

Faites réduire le jus de cuisson pendant quelques instants jusqu’à obtenir une sauce plus onctueuse, ajoutez un peu de fécule de maïs (Maïzena) et remuez rapidement au fouet. Détachez avec une cuillère en bois.

Versez la sauce dans une saucière.

Couper la dernière orange en rondelle pour décorer le plat, et ajouter les pommes au four.

Accompagnez la pintade aux agrumes avec du  riz, ou de quelques petites pommes de terre.

Bon appétit

 

Ghyslaine

Le mélange du randonneur aux grains de chocolat

 

Ingrédients

  • 2 blancs d’œuf
  • 50 g de beurre crémeux
  • 125 ml de miel (125 ml)
  • 3 tasses de flocons d’avoine
  • 2/3 tasse de canneberges séchées
  • 1/4 tasse de graines de citrouille vertes,
  • 1/4 tasse de graines de tournesol
  • 1/4 tasse de germe de blé
  • 2 cuillerées de graines de lin
  • 2 cuillerées de graines de sésame
  • 3/4 tasse de grains de chocolat

Préparation

Temps de préparation : 15 minutes

Préchauffez le four à 180 °C

Fouettez les jaunes d’œufs jusqu’à ce qu’ils deviennent mousseux.

Incorporez le beurre en fouettant, puis le miel continuer de fouetter jusqu’à obtenir un mélange homogène.

Mélangez ensuite les flocons d’avoine avec les canneberges séchées, les graines de citrouille, les graines de tournesol, le germe de blé, les graines de lin et les graines de sésame.

Versez le mélange des blancs d’œuf sur le mélange des graines.

Mélangez jusqu’à ce que le tout soit bien enrobé.

Ajoutez les grains de chocolat et remuant le mélange.

Pressez fermement le mélange dans un moule carré tapissé de papier sulfurisé.

Laissez Cuire de 15 à 18 minutes ou jusqu’à ce que les bords soient dorés.

Laissez reposer jusqu’à ce que le tout soit pris (environ 1 heure) puis coupez en barres.

Les barres se conservent environ 3 jours à température ambiante

Et 2 mois dans le congélateur.

Bonne dégustation

Ghyslaine

Argeles sur mer – La tour de la Massane

Fichier GPX

12 Kms 

Dénivélée : 775 m

Temps de marche : 4h30 pauses comprises

Départ : Prendre la direction Argeles sur mer, dernière sortie Argeles  Collioure par la corniche, Se garer au parking du château de Valmy.

Balisage : Jaune + fléchage.

Points d’intérêt : dolmens, font Andreu, vue à 360 ° de la tour

Suivre le balisage Jaune et les panneaux tour de la Massane

A la citerne (grand bassin ) laisser la piste et prendre à droite la sente qui monte (panneau tour de la Massane)

à La tour de la Massane, prendre en face la descente.

A la bifurcation, grand cairn, prendre à droite direction Argeles sur mer

Croisement – Aller retour jusqu’à la stèle

Puis prendre la direction de la chapelle Saint Laurent

A la chapelle prendre en face en direction du château de Valmy – Argeles sur mer

Parking

 

Ghyslaine

5 observations sur le régime du randonneur

La nourriture a meilleur goût en plein air. Je présume que c’est une combinaison d’air frais, de beaux paysages et d’effort fourni. La nourriture est souvent le sujet qui occupe principalement l’esprit du randonneur, que l’on soit fin gourmet ou adepte des régimes spartiate, elle joue un rôle important.

Pendant des randonnées à la journée ou même un séjour d’une semaine, le fait de ne pas se nourrir correctement n’aura pas d’incidence, les réserves naturelles de notre corps sont telles que nous pouvons nous le permettre.

Cependant, pour des itinérances plus longues, nos besoins nutritionnels seront plus important et nécessite réflexion.

1- Tout d’abord la quantité de nourriture dont vous aurez besoin va dépendre de facteurs multiples tels que le métabolisme, l’âge, le sexe, la difficulté du circuit, la météo (vous aurez plus de besoins par temps froid)

Vos expériences sur des petites randonnées ou des courts séjours seront vos meilleurs guides.

En règle générale, le randonneur moyen devrait porter environ 1 kg de nourriture par jour

Cette quantité de nourriture se divise en trois sections : les glucides – les graisses – et les protéines.

Il faut trouver un bon équilibre entre les trois, pour obtenir une efficacité optimale de l’effort en randonnée.

Pour des randonnées plus longues, il est recommandé de répartir les calories de la façon suivante :

45-55% de glucides; 35-40% de matières grasses; 10-15% de protéines.

Pour des randonnées plus courtes, où la perte de poids potentielle n’est pas tellement problématique, vous pouvez réduire la quantité matières grasses et augmenter la quantité de glucides et de protéines.

2- Mangez régulièrement en petite quantité, grignotez toutes les deux heures plutôt que de faire trois repas par jour. L’effort au cours de la randonnée sera plus efficace. Un bon repas fatigue, la digestion est longue, et vous n’êtes plus enclin à la marche, les muscles sont engourdis.

Prenez plutôt de courtes pauses, en nourrissant votre corps de petites quantités à intervalles réguliers, vous maintiendrez un niveau d’énergie tout au long de la journée de randonnée.

Gardez les grands repas pour les journées de pause.

  Voici un plan des pauses nourriture

5 à 5h30 – lever du camp. Prenez une barre énergétique et un café

7h30 – Cocktail de fruits secs.

9h30 – Petit-déjeuner: un grand bol de muesli avec lait en poudre et crème

11h30 – Cocktail de fruits secs.

13 heures – Chocolat et chips

14h30 – Mélange de chocolat et fruits secs

16h30 – Dîner – bol de muesli – faire tremper quelques haricots pendant 20-30 minutes – Chips

18h00 – Mélange de chocolat et fruits secs

19h30 – 20h – Mettre en place le camp. Une barre de protéines et des chips avant d’aller au lit.

Dans une grande randonnée on consomme environ 5000 calories par jour, alors que l’on brule plus de 6000 calories, par conséquent, il y a déficit de 1000 calories par jour qu’il faut compenser.

Dans chaque ville ou village que vous traversez, vous trouverez des points de ravitaillement, et vous pourrez faire le plein en calories.

Le randonneur est exigent, il veut de la nourriture de qualité, facile à préparer, à prix économique, et à forte teneur en calories

Lors de voss arrêts en ville, vous devez privilégier les aliments frais et bio  qui seront toujours supérieurs sur le plan nutritionnel et fourniront une plus grande énergie à long terme que les produits transformés et raffinés. Malheureusement, les aliments frais sont généralement lourds et ont une date d’utilisation limitée.

Cela étant, à chaque arrêt de réapprovisionnement, préférez les  fruits, légumes, viande et produits laitiers. Avant de quitter un village achetez des produits frais tels que les épinards, les carottes, les œufs et les pommes, que vous consommerez pendant votre premier jour de retour en randonnée.

4- Variez les plaisirs, manger tous les jours la même chose, finira par vous ennuyer.

Si vous avez la chance de rallier des points d’approvisionnement, n’hésitez pas à acheter des produits frais, à moins que puissiez manger la même nourriture tous les jours, et que vos papilles gustatives ne s’ennuient pas facilement.

Mais se sont vos propres expériences durant les randonnées qui sauront vous guider dans la diversité culinaire.

5- Optez pour la simplicité, même si vous êtes désintéressés par les régimes alimentaires, vous faites de l’exercice régulièrement, vous manger certainement équilibré.

Le régime du randonneur consiste à manger sain : fruits secs, barres énergétiques, céréales, légumes et barres chocolatées, produits frais, ne prenez que des produits qui nécessitent peu de temps de préparation. Et  rappelez-vous : si vous avez un apport énergétique constant, vous perdrez peu de poids au cours d’une longue randonnée.

Ghyslaine

Prenez soin des sentiers de randonnée

Alors que l’impact d’un seul individu peut être minime, les dommages causés par un certain nombre de randonneurs faisant exactement la même chose sont tout autre. Les répercussions de la randonnée hors-sentier dans les zones à fort trafic génèrent :

  • Une érosion à grande échelle
  • Une végétation endommagée
  • Une perturbation de la faune
  • Une hydrologie altérée
  • L’élargissement des sentiers

L’objectif principal d’un système de sentier unique est de permettre aux gens de profiter d’un environnement naturel tout en minimisant l’impact négatif induit par l’homme dans certaines zones. Lorsque un grand nombre de randonneurs skient dans les tourbières, coupent les pistes ou prennent des raccourcis, cet équilibre est fondamentalement compromis.

Même si la piste est boueuse ou humide, essayez de suivre le chemin, la végétation endommagée par l’érosion ne se régénère pas aussi facilement. En zone alpine, les saisons de croissance sont courtes, le vent, les rayons UV intenses et les lourdes charges de neige pendant l’hiver rendent la vie précaire et fragile. Certaines plantes peuvent prendre entre 300 et 500 ans pour se reconstituer une fois détruites. Réduisez vos impacts sur cette végétation en marchant sur les roches et en restant sur les sentiers, si disponible. Marchez sur les chemins tracés et non sur la végétation.

Sept conseils pour aider à minimiser votre empreinte environnementale pendant une itinérance :

  1. ne laissez pas d’ordures, emballez les, emportez les ; apportez un sac en plastique supplémentaire que vous soyez dans des refuges, des zones de bivouac ou en pleine nature. Faites en une habitude. Et si d’autres randonneurs vous voient en train de le faire, peut-être vous imiteront ils.
  2. En refuge ou sur des zones de bivouac : Si vous campez dans des ces endroits de grand passage, respectez la zone désignée afin de ne pas étendre la surface déjà utilisée.
  3.  La rando en groupe : Essayez de minimiser la taille du groupe. Les groupes plus importants ont un impact plus important sur le plan environnemental (visuel et audible).
  4. Le camping sauvage: Le camping en zone de bivouac est souvent appelé camping sauvage ou furtif, la responsabilité du randonneur de pratiquer cette activité est de ne laisser aucune de trace de son passage. Évitez les feux (sauf dans les situations d’urgence), vous ne devez en aucun cas déraciner des plantes ou rompre des branches dans l’idée de créer un abri.
  5. Le feu : Si vous devez faire un feu (par exemple, dans une situation d’urgence pour vous réchauffer), minimisez votre impact en le transformant en un feu Ecolo. Idéalement, faites le sur une surface déjà touchée, comme une rivière sèche ou un lit de ruisseau. Mais, il y a certains moments et endroits où vous ne devez jamais faire de feu:
  • Chaque fois que les ressources en bois sont limitées ou en danger.
  • À proximité d’un village (Surtout dans les pays en voie de développement ; Les gens du pays ont certainement plus besoin de bois que vous).
  • Et plus important encore, dans les zones à fort risque d’incendie. Respectez toujours les règlements et / ou les restrictions d’incendie dans les zones où vous randonnez. Soyez conscient des conditions météorologiques. De nombreux feux de brousse ont résulté de randonneurs ignorant les panneaux d’avertissement.
  1.  Impact du feu de camp: si vous décidez de faire un feu de camps, prenez un moment et réfléchissez à l’impact que vous causerez. Les brindilles, les branches et les bûches n’attendent pas au milieu de la forêt, qu’un randonneur de passage pour viennent les brûler. Elles jouent un rôle très important dans un processus de décomposition et permet à la nature de se régénérer, elles servent aussi d’habitat aux insectes. De plus elles fournissent des nutriments à la terre, utiles à la croissance des plantes. La combustion interrompt ce processus et compromet la qualité du sol.
  2.  A votre départ, ne laissez aucune trace : Quand il est temps de partir, quel que soit le lieu de votre bivouac, supprimez tout signe de votre présence. Effacez les traces de votre abri et replacez les roches, les branches ou les feuilles. Ceci est particulièrement vrai en pleine nature, ou dans des sites vierges. Personne ne devrait voir que vous avez bivouaqué à cet endroit.
Ghyslaine

Amélie les Bains – La Rodella

 Amelie les Bains

Le Cami de la Rodella

Fichier  GPX

 

 

Départ :  Prendre la D900  en direction du boulou. continuer jusqu’à  Amélie les Bains . A Amelie, après le pont, prendre  à droite Bernadou.

Se garer au parking sur la droite.

Carte IGN : 2449 OT

Durée : 5h30

Parcours : 15Kms

Difficulté : moyen

Dénivelée : 850 m

Balisage : Jaune jusqu’à Montolo puis rien jusqu’à la descente. Il faut être attentif, anciens balisages et quelques panneaux

Rando à ne pas faire les dimanche de moto cross

Points d’intérêt: Eglise et jardin botanique de Montbolo. Musée de la mine.

Descriptif :

Du parking continuer la route, puis sur la gauche, un panneau indique “chemin de la rodella”.

La sente monte rudement au départ, Continuer sur cette sente jusqu’à Montbolo . (c’est le chemin de la procession de la Rodella.)

Traverser le village de Montbolo  et prendre la route de Taulis.

Au niveau d’un virage, prendre la sente qui monte à gauche.

et se diriger vers le mas Caners.

Monter la piste de motocross sur la gauche.

Arrivé au col de la Reducta, l’ascension se termine

Descendre par la piste juste en face

Dans un virage sur la  gauche, prendre une sente discrète qui descend rudement

Retrouver une piste , la prendre sur 20 m puis tourner à droite dans le sentier

Carrefour de sentier peu visible. tourner à gauche.

Descendre la crête en évitant le mas Roviro

Puis sous le mas, quitter la piste

Col d’en gros, laisser le chemin qui mène au Bonabosc à droite.

A la route, prendre à droite pour retrouver le parking.

Ghyslaine

Pourquoi le coton est un tueur ?

Vous êtes vous déjà posé la question : pourquoi dit-on que le coton tue ? Voici une explication, ainsi qu’une liste d’autres tissus à éviter lors de l’achat de vos vêtements de randonnée.

L’isolation

Les vêtements vous gardent au chaud en emprisonnant l’air chaud près de votre peau. Lorsque le coton est mouillé, il cesse de vous isoler car toutes les poches d’air du tissu se remplissent d’eau. Lorsque vous randonnez, vous transpirez et un vêtement en coton qui touche votre peau absorbe votre sueur comme une éponge.

Si l’air devient plus froid que la température de votre corps, vous aurez froid car vos vêtements de coton, saturés d’eau ne fourniront plus d’isolation. Cela peut entraîner une hypothermie et potentiellement la mort. Rappelez-vous, l’hypothermie peut survenir à des températures bien au-dessus du point de congélation.

La superposition

Le coton mouillé n’évacue pas l’eau de votre peau. Les tissus absorbent l’humidité et  la déplace des zones humides vers les zones sèches en utilisant un processus appelé action capillaire. C’est pourquoi vous devez adopter une stratégie d’habillement efficace pour vos randonnées, avec des tissus qui évacuent l’eau d’une couche à l’autre, en permettant au tissu le plus proche de votre peau de piéger l’air isolant et de conserver la chaleur du corps.

La laine

La laine absorbe jusqu’à 36% de son poids en eau. Contrairement au coton, elle isole même lorsqu’elle est mouillée et est considérée comme un tissu acceptable pour les vêtements de randonnée.

D’autres formes de coton

Évitez de porter des vêtements de velours côtelé, de denim, ou de flanelle. Ceux-ci sont tous fabriqués avec du coton. En outre, évitez les mélanges de coton et de polyester (50/50). Eux aussi sont des tueurs, même si cela peut prendre un peu plus de temps.

D’autres tissus à éviter

Ce sont tous les tissus fabriqués à partir de fibres de cellulose. Ils absorbent l’eau encore plus vite que le coton et perdent toute leur valeur isolante lorsqu’ils sont mouillés. Soyez également très prudent avec les vêtements fabriqués à partir de bambou,  souvent annoncé comme étant un produit bio ayant des caractéristiques comparables à la laine. Beaucoup de tissus de bambou sont semblable au coton et partagent tous ses pièges.

La soie est également très absorbante et perd sa valeur d’isolation lorsqu’elle est mouillée.

Ghyslaine

Les boles de picolat

Ingrédients

(pour 6 personnes) 

400 grammes de viande de bœuf hachée,

600 grammes de chair à saucisse, ,

1/2l de sauce tomate,

200 g d’olives vertes dénoyautées,

2 oignons ciselés,

4 gousses d’ail hachées,

un peu de persil haché,

1 poignée de champignons séchés,

2 œufs entier 

sel et poivre,

Epices

20 grammes de farine,

huile d’olive.

800 grammes de haricots blancs

 

 

Préparation

Faire tremper les haricots blanc dans l’eau la veille.

Le lendemain vider l’eau des haricots, mettez dans une cocotte remplie d’eau et un bouquet garni, sel poivre, puis cuire pendant env 1h30

 

 

Mélangez la chair à saucisse et la viande de bœuf hachée, avec 20 grammes d’épices 

Ajoutez les œufs entiers, l’ail et le persil hachés et mélangez le tout.

Réservez, puis épluchez les oignons et coupez les finement

Émincez les champignons et ajoutez les à la viande.

Dans un bol, mettez un peu de farine.

Formez des boulettes de viande, puis mettez les dans le bol afin qu’elles soient bien recouvertes de farine.

Ensuite, faites les légèrement blondir dans une poêle avec un peu d’huile d’olive ajoutez les oignons 

Une fois les boulettes et les oignons bien dorées, mettez le tout dans une grande casserole, 

Faites revenir et ajoutez la sauce tomate, les olives et remuer délicatement.

Portez à ébullition et cuisez à feu doux pendant 30 à 40 minutes.

Servir accompagné des haricots.

Ghyslaine