• infos@kinoha.fr

Archives de l’auteur

5 observations sur le régime du randonneur

La nourriture a meilleur goût en plein air. Je présume que c’est une combinaison d’air frais, de beaux paysages et d’effort fourni. La nourriture est souvent le sujet qui occupe principalement l’esprit du randonneur, que l’on soit fin gourmet ou adepte des régimes spartiate, elle joue un rôle important.

Pendant des randonnées à la journée ou même un séjour d’une semaine, le fait de ne pas se nourrir correctement n’aura pas d’incidence, les réserves naturelles de notre corps sont telles que nous pouvons nous le permettre.

Cependant, pour des itinérances plus longues, nos besoins nutritionnels seront plus important et nécessite réflexion.

1- Tout d’abord la quantité de nourriture dont vous aurez besoin va dépendre de facteurs multiples tels que le métabolisme, l’âge, le sexe, la difficulté du circuit, la météo (vous aurez plus de besoins par temps froid)

Vos expériences sur des petites randonnées ou des courts séjours seront vos meilleurs guides.

En règle générale, le randonneur moyen devrait porter environ 1 kg de nourriture par jour

Cette quantité de nourriture se divise en trois sections : les glucides – les graisses – et les protéines.

Il faut trouver un bon équilibre entre les trois, pour obtenir une efficacité optimale de l’effort en randonnée.

Pour des randonnées plus longues, il est recommandé de répartir les calories de la façon suivante :

45-55% de glucides; 35-40% de matières grasses; 10-15% de protéines.

Pour des randonnées plus courtes, où la perte de poids potentielle n’est pas tellement problématique, vous pouvez réduire la quantité matières grasses et augmenter la quantité de glucides et de protéines.

2- Mangez régulièrement en petite quantité, grignotez toutes les deux heures plutôt que de faire trois repas par jour. L’effort au cours de la randonnée sera plus efficace. Un bon repas fatigue, la digestion est longue, et vous n’êtes plus enclin à la marche, les muscles sont engourdis.

Prenez plutôt de courtes pauses, en nourrissant votre corps de petites quantités à intervalles réguliers, vous maintiendrez un niveau d’énergie tout au long de la journée de randonnée.

Gardez les grands repas pour les journées de pause.

  Voici un plan des pauses nourriture

5 à 5h30 – lever du camp. Prenez une barre énergétique et un café

7h30 – Cocktail de fruits secs.

9h30 – Petit-déjeuner: un grand bol de muesli avec lait en poudre et crème

11h30 – Cocktail de fruits secs.

13 heures – Chocolat et chips

14h30 – Mélange de chocolat et fruits secs

16h30 – Dîner – bol de muesli – faire tremper quelques haricots pendant 20-30 minutes – Chips

18h00 – Mélange de chocolat et fruits secs

19h30 – 20h – Mettre en place le camp. Une barre de protéines et des chips avant d’aller au lit.

Dans une grande randonnée on consomme environ 5000 calories par jour, alors que l’on brule plus de 6000 calories, par conséquent, il y a déficit de 1000 calories par jour qu’il faut compenser.

Dans chaque ville ou village que vous traversez, vous trouverez des points de ravitaillement, et vous pourrez faire le plein en calories.

Le randonneur est exigent, il veut de la nourriture de qualité, facile à préparer, à prix économique, et à forte teneur en calories

Lors de voss arrêts en ville, vous devez privilégier les aliments frais et bio  qui seront toujours supérieurs sur le plan nutritionnel et fourniront une plus grande énergie à long terme que les produits transformés et raffinés. Malheureusement, les aliments frais sont généralement lourds et ont une date d’utilisation limitée.

Cela étant, à chaque arrêt de réapprovisionnement, préférez les  fruits, légumes, viande et produits laitiers. Avant de quitter un village achetez des produits frais tels que les épinards, les carottes, les œufs et les pommes, que vous consommerez pendant votre premier jour de retour en randonnée.

4- Variez les plaisirs, manger tous les jours la même chose, finira par vous ennuyer.

Si vous avez la chance de rallier des points d’approvisionnement, n’hésitez pas à acheter des produits frais, à moins que puissiez manger la même nourriture tous les jours, et que vos papilles gustatives ne s’ennuient pas facilement.

Mais se sont vos propres expériences durant les randonnées qui sauront vous guider dans la diversité culinaire.

5- Optez pour la simplicité, même si vous êtes désintéressés par les régimes alimentaires, vous faites de l’exercice régulièrement, vous manger certainement équilibré.

Le régime du randonneur consiste à manger sain : fruits secs, barres énergétiques, céréales, légumes et barres chocolatées, produits frais, ne prenez que des produits qui nécessitent peu de temps de préparation. Et  rappelez-vous : si vous avez un apport énergétique constant, vous perdrez peu de poids au cours d’une longue randonnée.

Ghyslaine

Prenez soin des sentiers de randonnée

Alors que l’impact d’un seul individu peut être minime, les dommages causés par un certain nombre de randonneurs faisant exactement la même chose sont tout autre. Les répercussions de la randonnée hors-sentier dans les zones à fort trafic génèrent :

  • Une érosion à grande échelle
  • Une végétation endommagée
  • Une perturbation de la faune
  • Une hydrologie altérée
  • L’élargissement des sentiers

L’objectif principal d’un système de sentier unique est de permettre aux gens de profiter d’un environnement naturel tout en minimisant l’impact négatif induit par l’homme dans certaines zones. Lorsque un grand nombre de randonneurs skient dans les tourbières, coupent les pistes ou prennent des raccourcis, cet équilibre est fondamentalement compromis.

Même si la piste est boueuse ou humide, essayez de suivre le chemin, la végétation endommagée par l’érosion ne se régénère pas aussi facilement. En zone alpine, les saisons de croissance sont courtes, le vent, les rayons UV intenses et les lourdes charges de neige pendant l’hiver rendent la vie précaire et fragile. Certaines plantes peuvent prendre entre 300 et 500 ans pour se reconstituer une fois détruites. Réduisez vos impacts sur cette végétation en marchant sur les roches et en restant sur les sentiers, si disponible. Marchez sur les chemins tracés et non sur la végétation.

Sept conseils pour aider à minimiser votre empreinte environnementale pendant une itinérance :

  1. ne laissez pas d’ordures, emballez les, emportez les ; apportez un sac en plastique supplémentaire que vous soyez dans des refuges, des zones de bivouac ou en pleine nature. Faites en une habitude. Et si d’autres randonneurs vous voient en train de le faire, peut-être vous imiteront ils.
  2. En refuge ou sur des zones de bivouac : Si vous campez dans des ces endroits de grand passage, respectez la zone désignée afin de ne pas étendre la surface déjà utilisée.
  3.  La rando en groupe : Essayez de minimiser la taille du groupe. Les groupes plus importants ont un impact plus important sur le plan environnemental (visuel et audible).
  4. Le camping sauvage: Le camping en zone de bivouac est souvent appelé camping sauvage ou furtif, la responsabilité du randonneur de pratiquer cette activité est de ne laisser aucune de trace de son passage. Évitez les feux (sauf dans les situations d’urgence), vous ne devez en aucun cas déraciner des plantes ou rompre des branches dans l’idée de créer un abri.
  5. Le feu : Si vous devez faire un feu (par exemple, dans une situation d’urgence pour vous réchauffer), minimisez votre impact en le transformant en un feu Ecolo. Idéalement, faites le sur une surface déjà touchée, comme une rivière sèche ou un lit de ruisseau. Mais, il y a certains moments et endroits où vous ne devez jamais faire de feu:
  • Chaque fois que les ressources en bois sont limitées ou en danger.
  • À proximité d’un village (Surtout dans les pays en voie de développement ; Les gens du pays ont certainement plus besoin de bois que vous).
  • Et plus important encore, dans les zones à fort risque d’incendie. Respectez toujours les règlements et / ou les restrictions d’incendie dans les zones où vous randonnez. Soyez conscient des conditions météorologiques. De nombreux feux de brousse ont résulté de randonneurs ignorant les panneaux d’avertissement.
  1.  Impact du feu de camp: si vous décidez de faire un feu de camps, prenez un moment et réfléchissez à l’impact que vous causerez. Les brindilles, les branches et les bûches n’attendent pas au milieu de la forêt, qu’un randonneur de passage pour viennent les brûler. Elles jouent un rôle très important dans un processus de décomposition et permet à la nature de se régénérer, elles servent aussi d’habitat aux insectes. De plus elles fournissent des nutriments à la terre, utiles à la croissance des plantes. La combustion interrompt ce processus et compromet la qualité du sol.
  2.  A votre départ, ne laissez aucune trace : Quand il est temps de partir, quel que soit le lieu de votre bivouac, supprimez tout signe de votre présence. Effacez les traces de votre abri et replacez les roches, les branches ou les feuilles. Ceci est particulièrement vrai en pleine nature, ou dans des sites vierges. Personne ne devrait voir que vous avez bivouaqué à cet endroit.
Ghyslaine

Amélie les Bains – La Rodella

 Amelie les Bains

Le Cami de la Rodella

 

Fichier  GPX

Carte IGN : 2449 OT

Durée : 5h30

Parcours : 15Kms

Difficulté : moyen

Dénivelée : 850 m

Départ :  Prendre la D900  en direction du boulou. continuer jusqu’à  Amélie les Bains . A Amelie, après le pont, prendre  à droite Bernadou.

Se garer au parking sur la droite

Balisage : Jaune jusqu’à Montolo puis rien jusqu’à la descente. Il faut être attentif, anciens balisages et quelques panneaux

Rando à ne pas faire les dimanche de moto cross

Points d’intérêt: Eglise et jardin botanique de Montbolo. Musée de la mine.

Descriptif :

Du parking continuer la route, puis sur la gauche, un panneau indique “chemin de la rodella”.

La sente monte rudement au départ, Continuer sur cette sente jusqu’à Montbolo . (c’est le chemin de la procession de la Rodella.)

Traverser le village de Montbolo  et prendre la route de Taulis.

Au niveau d’un virage, prendre la sente qui monte à gauche.

et se diriger vers le mas Caners.

Monter la piste de motocross sur la gauche.

Arrivé au col de la Reducta, l’ascension se termine

Descendre par la piste juste en face

Dans un virage sur la  gauche, prendre une sente discrète qui descend rudement

Retrouver une piste , la prendre sur 20 m puis tourner à droite dans le sentier

Carrefour de sentier peu visible. tourner à gauche.

Descendre la crête en évitant le mas Roviro

Puis sous le mas, quitter la piste

Col d’en gros, laisser le chemin qui mène au Bonabosc à droite.

A la route, prendre à droite pour retrouver le parking.

Ghyslaine

Pourquoi le coton est un tueur ?

Vous êtes vous déjà posé la question : pourquoi dit-on que le coton tue ? Voici une explication, ainsi qu’une liste d’autres tissus à éviter lors de l’achat de vos vêtements de randonnée.

L’isolation

Les vêtements vous gardent au chaud en emprisonnant l’air chaud près de votre peau. Lorsque le coton est mouillé, il cesse de vous isoler car toutes les poches d’air du tissu se remplissent d’eau. Lorsque vous randonnez, vous transpirez et un vêtement en coton qui touche votre peau absorbe votre sueur comme une éponge.

Si l’air devient plus froid que la température de votre corps, vous aurez froid car vos vêtements de coton, saturés d’eau ne fourniront plus d’isolation. Cela peut entraîner une hypothermie et potentiellement la mort. Rappelez-vous, l’hypothermie peut survenir à des températures bien au-dessus du point de congélation.

La superposition

Le coton mouillé n’évacue pas l’eau de votre peau. Les tissus absorbent l’humidité et  la déplace des zones humides vers les zones sèches en utilisant un processus appelé action capillaire. C’est pourquoi vous devez adopter une stratégie d’habillement efficace pour vos randonnées, avec des tissus qui évacuent l’eau d’une couche à l’autre, en permettant au tissu le plus proche de votre peau de piéger l’air isolant et de conserver la chaleur du corps.

La laine

La laine absorbe jusqu’à 36% de son poids en eau. Contrairement au coton, elle isole même lorsqu’elle est mouillée et est considérée comme un tissu acceptable pour les vêtements de randonnée.

D’autres formes de coton

Évitez de porter des vêtements de velours côtelé, de denim, ou de flanelle. Ceux-ci sont tous fabriqués avec du coton. En outre, évitez les mélanges de coton et de polyester (50/50). Eux aussi sont des tueurs, même si cela peut prendre un peu plus de temps.

D’autres tissus à éviter

Ce sont tous les tissus fabriqués à partir de fibres de cellulose. Ils absorbent l’eau encore plus vite que le coton et perdent toute leur valeur isolante lorsqu’ils sont mouillés. Soyez également très prudent avec les vêtements fabriqués à partir de bambou,  souvent annoncé comme étant un produit bio ayant des caractéristiques comparables à la laine. Beaucoup de tissus de bambou sont semblable au coton et partagent tous ses pièges.

La soie est également très absorbante et perd sa valeur d’isolation lorsqu’elle est mouillée.

Ghyslaine

Les boles de picolat

Ingrédients

(pour 6 personnes) 

400 grammes de viande de bœuf hachée,

600 grammes de chair à saucisse, ,

1/2l de sauce tomate,

200 g d’olives vertes dénoyautées,

2 oignons ciselés,

4 gousses d’ail hachées,

un peu de persil haché,

1 poignée de champignons séchés,

2 œufs entier 

sel et poivre,

Epices

20 grammes de farine,

huile d’olive.

800 grammes de haricots blancs

 

 

Préparation

Faire tremper les haricots blanc dans l’eau la veille.

Le lendemain vider l’eau des haricots, mettez dans une cocotte remplie d’eau et un bouquet garni, sel poivre, puis cuire pendant env 1h30

 

 

Mélangez la chair à saucisse et la viande de bœuf hachée, avec 20 grammes d’épices 

Ajoutez les œufs entiers, l’ail et le persil hachés et mélangez le tout.

Réservez, puis épluchez les oignons et coupez les finement

Émincez les champignons et ajoutez les à la viande.

Dans un bol, mettez un peu de farine.

Formez des boulettes de viande, puis mettez les dans le bol afin qu’elles soient bien recouvertes de farine.

Ensuite, faites les légèrement blondir dans une poêle avec un peu d’huile d’olive ajoutez les oignons 

Une fois les boulettes et les oignons bien dorées, mettez le tout dans une grande casserole, 

Faites revenir et ajoutez la sauce tomate, les olives et remuer délicatement.

Portez à ébullition et cuisez à feu doux pendant 30 à 40 minutes.

Servir accompagné des haricots.

Ghyslaine

Quelle quantité d’eau pour une randonnée ?

L’eau est très importante lorsque vous randonnez, elle permet de remplacer les liquides perdus par la transpiration, et l’évacuation des déchets de votre corps. Si vous n’avez pas assez d’apport en eau, vous risquez de vous sentir mal à l’aise, tandis qu’un apport d’eau trop important peut vous ralentir. Alors quelle quantité d’eau avez-vous besoin,  et quelle est la meilleure façon de la porter ?

1 litre d’eau toutes les deux heures

Si vous faites de la randonnée, il est bon de boire environ 1 litre d’eau toutes les deux heures. C’est une règle basée sur mon expérience de randonnée toute l’année et dans un large éventail de climats. Vous pouvez avoir besoin de plus ou moins  d’eau selon la température, l’humidité et votre poids, mais c’est une bonne estimation de ce que vous aurez besoin de transporter si vous ne pouvez pas remplir votre bidon au cours de votre balade.

Les bouteilles d’eau doivent être facilement accessibles à l’extérieur de votre sac à dos,  plutôt que d’être au fond du sac.

Les sacs à dos avec des poches latérales extensibles sont pratiques, de sorte que vous pouvez passer le bras à l’arrière pour attraper la bouteille et siroter en marchant. Vous ne pouvez pas boire et marcher en même temps ? Arrêtez-vous quelques minutes toutes les heures, buvez et prenez une pause de cinq minutes.

Quelle quantité d’eau apporter?

Si vous avez un guide, il pourra vous donner une estimation du temps de l’itinéraire de la randonnée. Sinon, sur la  carte, calculez la distance totale de votre randonnée. Divisez ce nombre par votre rythme de marche en km par heure. Ce sera généralement entre 2 ou 3 km/h. Par exemple, je peux marcher 3 kms par heure sur un sentier plat. Si la distance de ma randonnée est de 9 kms,  je devrais emporter 1,5 litres. C’est juste une estimation de ce dont j’ai besoin, mais assez précis.

Est-ce que ça doit être de l’eau?

Non. Vous pouvez boire n’importe quel liquide sans alcool. L’eau est habituellement bon marché et facilement disponible, mais vous pouvez également boire du thé ou du jus de fruits frais si vous préférez, ou ajouter un mélange de boisson énergétique  à votre eau pour lui donner meilleur goût.

Si vous avez un sac d’hydratation (Camel bag) ou un sac à dos avec une poche réservoir d’eau, et que vous êtes  capable de boire à un tuyau pendant que vous marchez, ce peut être pratique pour une randonnée à la journée. L’achat d’un sac d’hydratation de 3 litres, est une bonne taille pour une randonnée d’une journée. Si vous n’avez pas besoin de 3 litres, ne le remplissez pas complètement.

Comment savez-vous combien d’eau reste dans votre sac d’hydratation?

C’est l’un des problèmes avec  les sacs d’hydratation, vous ne savez pas combien d’eau reste dans la vessie  quand elle est cachée dans le sac à dos. C’est pourquoi certaines personnes préfèrent les bouteilles transparentes. Les sacs d’hydratation sont super pratiques et vous pouvez ouvrir votre sac et vérifier la quantité d’eau qu’il vous reste si vous voulez savoir.

 

Le risque de boire trop?

C’est peu probable. Votre corps est assez doué pour évacuer les liquides en excédent, tout simplement en urinant. Faire pipi lors d’une randonnée est normal et vous ne devriez pas avoir honte de demander à vos amis faire une pause technique. La couleur de votre pipi est également un bon indicateur de votre niveau d’hydratation. Si votre pipi est clair et copieux, alors vous buvez assez. Si c’est jaune vif ou même brunâtre, vous devez boire plus d’eau.

 

Pouvez-vous remplir vos bouteilles d’eau ou votre sac d’hydratation lors d’une randonnée?

Absolument. Si vous voulez remplir votre bouteille à une source d’eau naturelle comme un ruisseau ou un lac, il est préférable de filtrer ou de purifier votre eau à l’aide d’un produit qui vous permettra  de verser l’eau filtrée dans vos bouteilles ou votre vessie d’hydratation.

Être capable de refaire le plein en eau en utilisant des sources naturelles lors d’une randonnée vous permettra d’augmenter la distance que vous pouvez parcourir, d’améliorer votre confiance en soi et vos compétences en randonnée. Vous pourrez lire sur votre carte les endroits où se trouve l’eau le long de votre randonnée.

Ghyslaine

Comment choisir ses bâtons de randonnée

Les randonneurs utilisent les bâtons de randonnée pour l’équilibre, tout comme le chien avec ses quatre pattes qui finalement tombe rarement. Les bâtons de randonnée réduisent également l’impact sur les genoux et les hanches pendant la randonnée, ils  permettent de maintenir la fonction musculaire tout en réduisant la douleur.

Combien de bâtons de randonnée ai-je besoin?

Puisque vous avez deux jambes, il est logique de prendre deux bâtons de randonnée. Vos genoux vous remercieront. De plus, deux bâtons sont très utiles lors d’une traversée de rivière ou de randonnée sur la glace ou la neige. Un seul bâton est idéal pour des excursions courtes ou sur un terrain plus facile.

 Un conseil : achetez deux bâtons, en cas d’évolution dans vos randonnées, vous aurez les 2 mêmes bâtons, trouver une correspondance sera ensuite plus  difficile.

Les bâtons sont réglables

La plupart des bâtons de randonnée ont une longueur réglable, ce qui permet de les rétracter afin de les transporter facilement dans le coffre de la voiture ou attaché sur le sac à dos. Lors du choix de vos bâtons, prenez note de leur longueur maximale et minimale.

La longueur maximale des bâtons de randonnée

Les personnes assez grandes (1m90 ou plus) devront choisir un bâton avec une longueur maximale d’au moins 1m 35. Quant aux personnes plus petites, la plupart des bâtons de randonnée s’ajusteront à la longueur appropriée. Gardez à l’esprit que vous devrez ajuster la longueur en fonction de l’inclinaison du terrain.

Longueur minimale des bâtons de randonnée

La plupart des bâtons peuvent être réduits en taille afin de faciliter le stockage. Si vous les transportez attachés sur le sac à dos, assurez-vous qu’ils se réduisent à une taille très courte, idéalement 75 cm ou moins (3 brins).

 

Méthodes d’ajustement

Il existe deux types de bâtons de randonnée réglables : des bâtons  à clips et des bâtons à vis. D’une manière générale, les bâtons de randonnée à clips sont plus chers, mais  ils sont plus pratiques à régler, même si le serrage du clip est parfois un peu délicat. Quant aux bâtons à vis, ils ont tendance à glisser en cours de randonnée. Quoi qu’il en soit, vous devrez acheter des bâtons réglables ; selon que vous randonnez en montée ou en descente, les réglages seront différents.

Les bâtons Antichocs

Si vous avez des genoux ou des poignets fragiles (ou si vous souhaitez éviter les douleurs), pensez à investir dans des bâtons de randonnée antichocs. Un mécanisme à ressort présent dans chaque bâton absorbe une partie des chocs pendant les descentes escarpées. L’inconvénient des bâtons antichocs est qu’ils sont nettement plus lourds que les autres,  donc choisir l’un ou l’autre dépendra de vos préférences. Assurez-vous d’essayer vos bâtons dans le magasin avant de les acheter, certains randonneurs ne jurent que par des bâtons antichocs, d’autres ne voient pas la différence.

Les poignées en liège

En randonnée si vous avez les mains qui transpirent, achetez des bâtons avec des poignées en liège. Elles sont moins glissantes que les poignées synthétiques. De plus, les poignées en liège sont plus légères que les poignées synthétiques, et plus vous les utilisez, plus elles s’adaptent à la forme de la main.

Les poignées en caoutchouc

Les poignées en caoutchouc sont plus durables et surtout imperméable,  elles sont donc parfaites pour les randonnées en conditions défavorables (pluie, neige) et pour les randonnées alpines. Cependant, certains randonneurs n’aiment pas le frottement constant du caoutchouc qui peut entraîner des ampoules.

Les poignées en mousse

Les poignées en mousse peuvent être lisses et gluantes dans des conditions humides, mais elles sont très confortables à utiliser lors de conditions climatiques sèches.

Les bâtons de randonnée avec  poignées ergonomiques

La poignée ergonomique a été façonnée pour accueillir précisément la paume de la main, une fonctionnalité qui n’est

pas forcément nécessaire pour les bâtons de randonnée, mais elle les rend plus faciles à prendre en main et procure une meilleure adhérence.

Les dragonnes

Les dragonnes des bâtons vous permettent de vous détendre légèrement et de transférer une partie de la pression sur votre bras. Cela peut faire une différence sur une longue randonnée. Les dragonnes doivent être réglables. Pour les randonnées de longue distance, un rembourrage sur la sangle peut être sympa. elles permettent aux bâtons de se caler aux poignets et vous permet également lors de pentes particulièrement raides de marcher à quatre pattes.

Le poids des bâtons de randonnée

En parcourant de longues distances, plus le bâton est léger, mieux c’est. (300 Grammes ou moins pour chaque bâton). Les bâtons de randonnée en carbone sont moins lourds mais pas très résistants. L’aluminium est plus lourd, mais durera probablement plus longtemps que le carbone.

Les paniers

Les parties rondes en forme de fleurs, vissées aux extrémités des bâtons se nomment les paniers. Ils sont utiles pour éviter de coincer les bâtons entre deux pierres.

Sélectionnez des bâtons avec des paniers de grande taille (7 cm de diamètre) si vous randonnez dans des conditions d’enneigement.  Pour les randonnées estivales, les petits paniers sont moins encombrants. Dans certains cas les bâtons sont vendus avec les paniers, sinon vous devrez les acheter en même temps.

Ghyslaine

soupe de potimarron et chataignes

Ingrédients pour 4 personnes

1 Potimarron (600g env)

2 oignons

250 g de châtaignes

Crème

Sel – Poivre

Préparation

Épluchez les oignons et coupez les finement, épluchez le potimarron et coupez le en dés, puis dans un grand faitout faites les revenir ensemble dans un peu d’huile d’olive.

Couvrez d’eau et laissez cuire, jusqu’à ce que le potimarron soit fondant.

Ajouter les châtaignes cuites et épluchées au préalable.

Versez le tout dans le blender ou directement au mixer dans le faitout. Ajoutez un peu de crème.

Pour la garniture

Couper quelques châtaignes et faites les revenir à la poêle.

Mettez les garniture au moment de servir.

 

 

Ghyslaine

Le wind chill ou comment se protéger du vent en randonnée

Le wind chill ou indice de refroidissement éolien peut être décrit comme une sensation que nous ressentons sous l’effet de refroidissement combiné de la température et du vent. Le wind chill ne peut pas être mesuré à l’aide d’un appareil, alors les scientifiques ont mis au point une formule mathématique combinant la vitesse du vent et la température de l’air à la sensation de refroidissement de la peau humaine.

Avant 2001, le wind chill était calculé en fonction du temps nécessaire pour qu’un cylindre d’eau gèle avec le vent, d’après des expériences menées à Antartica en 1939. En 2001, une équipe de scientifiques du Canada et des États-Unis ont décidés de développer un nouveau concept.

Le chil index est basé sur la perte de chaleur des visages humains, c’est la partie du corps la plus susceptible d’être affectée par le refroidissement éolien. Le windshill n’affecte pas les objets inanimés comme les automobiles ou les toiles de tentes, il ne peut pas refroidir la température de l’air qui se trouve à l’intérieur.

Comprendre le wind chill est particulièrement important pour la prévention des engelures et de l’hypothermie. Au fur et à mesure que la vitesse du vent augmente, le corps se refroidit à un rythme très rapide, entraînant une chute de la température de la peau. Si votre corps est humide, le vent peut accélérer le processus d’évaporation ;  lorsque votre corps est humide, s’il est exposé au vent,  la chaleur corporelle chute encore plus vite.

La meilleure façon de vous protéger contre le windshill si vous êtes mouillé, est de trouver un abri et de vous protéger du vent, changez de vêtements ou retirez vos vêtements.

Lorsque le wind chill est élevé, essayez de couvrir la peau exposée au vent le mieux possible, en particulier la tête où jusqu’à 40% de la chaleur corporelle est perdue. Porter une couche extérieure résistante au vent et protégez vos mains avec des mitaines qui couvrent les poignets et portez des chaussettes de laine dans vos chaussures.

Source Wikipédia

Ghyslaine

Aubergines au bœuf gratinées

Ingrédients:
1 belle aubergine
500 gr de bœuf haché
1 demi poivron rouge
400 gr de tomates
1 bouquet de persil
1 oignon
2 gousses d’ail
Huile d’olive
Sel et poivre

Pour la béchamel:
50 gr de beurre
50 gr de farine
1/2 litre de lait
1 càc de cumin en poudre
80 gr  de Gruyère râpé
Sel et poivre

 

Préparation:
hacher l’oignon et l’ail les faire suer dans une casserole avec un peu d’huile d’olive. Couper l’aubergine et le poivron rouge en dés, l’ajouter aux tomates. Saler, poivrer. Couvrir la casserole et cuire le tout pendant environ 20 minutes à feu doux.

Les légumes cuits, ajouter la viande hachée dans la farce. Couvrir et cuire pendant 15 minutes, ajouter un peu de  paprika, et d’un peu de persil haché, laisser mijoter 5 à 10 minutes toujours à feu doux.

Dans une casserole faire fondre le beurre avec un peu de cumin, ajouter la farine, bien mélanger, saler poivrer.

Ajouter le lait, remuer énergiquement pour éviter les grumeaux. Dans cette béchamel ajoutez une poignée de gruyère, bien mélanger et réserver.

Préchauffer le four à 200°.

Dans un plat à gratin, , mettre une louche de farce d’aubergine à la viande et verser un peu de béchamel par-dessus, puis, ajouter de la farce et pour terminer une couche plus épaisse de béchamel.

Enfourner durant 15 à 25 minutes, 5 minutes avant la fin de cuisson, parsemer de gruyère râpé pour gratiner

Ghyslaine