• infos@kinoha.fr

Category ArchivePratique

12 Conseils pour préparer sa randonnée

Quelles sensations agréables que de faire de la randonnée en pleine nature. Le soleil réchauffant vos épaules, la nature tout autour de vous, et une vue incroyable,  les sentiers peuvent vraiment être le paradis. Cependant, la randonnée peut aussi être dangereuse si elle n’est pas faite correctement. Il est extrêmement important de bien la préparer, et de savoir quoi faire une fois que serez sur le terrain.

1- Les guides de randonnée.

Ils sont essentiels vous y trouverez  la bonne randonnée qui vous convient, que vous randonniez seul ou en famille. Les guides locaux vous expliquerons tout sur le paysage naturel qui vous entoure, les fleurs sauvages que vous apercevrez pendant la randonnée à différentes saisons, aux types d’oiseaux que vous verrez voler au-dessus de votre tête. Vous pourrez acheter des guides de randonnée dans une librairie, un magasin de sport de plein air, ou à l’office de tourisme. Vous pouvez également les acheter en ligne.

     Vous pouvez également rechercher sur internet  des randonnées dans votre région. Vous trouverez des  sites détaillant de belles randonnées près de chez vous.

2- Commencez doucement.

 Si c’est votre première randonnée, vous devriez la choisir relativement facile. Recherchez des randonnées d’une demi-journée sur une distance gérable pour vos capacités. Si vous sortez rarement dans la nature, essayer une randonnée avec peu de dénivelée, sur une distance d’environ 8 kms. Pour ceux qui font de l’exercice régulièrement, une randonnée facile de 15 kms peut être plus votre style, c’est à vous de décider en fonction de vos capacités. Mais n’en faites pas trop la première fois.

3- Emportez beaucoup d’eau.

L’une des choses les plus importantes à savoir lorsqu’on apprend à faire de la randonnée en toute sécurité c’est d’emporter la bonne quantité d’eau. Rester hydraté est vraiment important, alors buvez avant de partir en randonnée.  Apportez plus d’eau que ce dont vous pensez avoir besoin, il est préférable de transporter plus d’eau, plutôt que de vous déshydrater. Une bonne règle est de prendre au moins un litre d’eau par personne pour deux heures de marche. Emportez plus encore si la randonnée est particulièrement chaude ou intense.

4- Que mettre dans votre sac à dos ?

Selon la durée de votre randonnée, le lieu et la saison, vous pouvez envisager d’emporter des choses différentes, mais en général, vous devriez toujours prendre un casse-croûte énergétique, un couteau, une boussole, une carte, une lampe frontale, des allumettes ou un briquet, un bonnet, des gants, et une couche supplémentaire de vêtements (au cas où le temps change soudainement) et bien sûr des collations.

     Vous pouvez également envisager d’apporter une trousse de premiers soins, des jumelles, etc. Mais ne vous alourdissez pas avec des objets inutiles. Et bien sûr de l’eau…

5- La protection solaire

Avec les autres articles que vous avez mis dans votre sac à dos, pensez à  vous protéger du soleil. Cela inclut un écran solaire, un chapeau et des lunettes de soleil. Les coups de soleil, les insolations ou encore le cancer de la peau sont des risques non négligeables, alors protégez-vous des rayons du soleil.

6- Soyez bien chaussé.

Il est important de porter des chaussures qui vous faciliteront la tâche. Laissez les tongs au placard et optez pour des chaussures montantes qui vous donneront un bon soutien de la voûte plantaire, de plus vous  vous serez plus à l’aise sur les terrains accidentés.

  Si vous avez des chaussures neuves que vous n’avez jamais portées auparavant, cassez-les avant de partir. Si vous ne le faites pas, vous pourriez avoir quelques ampoules aux pieds.

7- Demandez à des amis ou à une famille de venir avec vous.

Les randonneurs débutants devraient marcher en groupe ou partir avec des randonneurs plus expérimentés. Planifiez votre randonnée et demandez à vos amis de venir, à la fois pour le plaisir, mais aussi par mesure de sécurité.

     Si vous décidez de faire de la randonnée seul, faites savoir à vos amis ou votre famille, où vous allez et quand vous êtes censé être de retour. Dites-leur que vous les contacterez dès votre retour, et n’oubliez pas de les contacter sans quoi ils pourraient appeler la police.

8- En cas d’urgence.

Il est plus que probable que votre randonnée se déroule parfaitement, mais, vous devriez toujours être prêt pour l’inattendu. Apportez une trousse de premiers soins avec vous, et votre téléphone portable avec les numéros d’urgence. Préparez-vous, cependant, à ce que vous n’ayez pas de réception en pleine forêt.

9- Au début de la randonnée

Chaque sentier commence généralement par un panneau qui indique le nom de la randonnée et la distance jusqu’à la fin (ou la longueur de la boucle.) Si d’autres sentiers balisés viennent croiser votre sentier, vous devrez rester vigilant et consulter votre carte topographique et votre guide.
Attention aux sentiers mal balisés, ou mal entretenu.

10- Suivez le balisage.

 Lorsque vous êtes en randonnée, vous rencontrerez inévitablement des croisements de sentiers. Suivez bien les balises et les panneaux de sentiers qui  vous indiquent le nom de votre sentier. S’il n’y a pas de balisage, consultez votre carte et recherchez les cairns. Les Cairns sont des piles de roches crée par les randonneurs pour vous indiquer la voie à suivre.

 

Restez toujours sur le chemin et évitez le hors-piste, pensez à la revégétalisation. Quand trop de gens marchent dans des zones autres que le chemin, ils peuvent faire de sérieux dégâts à la végétation.
Ne nourrissez pas les animaux sauvages.

11- Faites des pauses

La randonnée n’est pas une course, mais plutôt une activité que vous pouvez faire à votre  rythme. N’ayez pas peur de ralentir si vous vous sentez fatigué. Buvez de l’eau tout au long de votre randonnée et asseyez-vous pour vous reposer chaque fois que vous en ressentez le besoin.
12- Respectez la nature

 Sachez que lorsque vous faites de la randonnée, vous traversez l’habitat de nombreuses créatures du plus petit insecte au plus gros mammifère. N’essayez jamais d’approcher ou d’interagir avec des animaux sauvages.

Attention aux serpents. Soyez prudent lorsque vous marchez dans des zones rocheuses, marcher sur un serpent n’est jamais une bonne chose.

 La nature est un lieu de beauté qui doit être respecté. Ne jetez pas vos détritus sur le sol, ne perturbez pas ce silence avec de la musique ou en criant. Ne déplacez pas de pierres, ne cueillez pas de plantes, et ne dérangez pas les animaux, évitez de perturber les magnifiques écosystèmes qui vous entourent. Pour être un vrai randonneur, vous devez respecter la nature.

10 raisons pour lesquelles un âne est le compagnon de randonnée idéal

Vous cherchez un partenaire de randonnée? Voici dix raisons pour lesquelles vous devriez envisager de faire équipe avec un âne:

  1. Pas très bavard, mais si vous ressentez le besoin de vous confier à un ami, ils sont de très bons auditeurs (notez la taille des oreilles).

  2. Aucun risque de moments larmoyants ou de pannes émotionnelles. En effet, l’âne est largement considéré comme le Chuck Norris du monde équin.

3- imbattable sur un terrain accidenté.

  1. Stoïque par nature. Il est peu probable qu’un âne se plaigne sans cesse d’ampoules, d’irritations ou d’autres bobos mineurs.

  2. Bon juge pour savoir si une situation est potentiellement douteuse. Les ânes ont un sens aigu de l’auto-préservation. En conséquence, il est presque impossible de les persuader de prendre un chemin qu’ils considèrent comme dangereux.

6-Les ânes ont de bons souvenirs, ils peuvent reconnaître les zones qu’ils ont déjà rencontrées 25 ans auparavant. Une qualité très utile pour identifier les dangers potentiels, lors de la traversée de terrains difficiles.

  1. Pas du tout difficile quand il s’agit de nourriture. Pas de soucis pour les allergies au gluten ou les régimes à la mode.

  2. Ils vivent longtemps (“année des ânes”), donc si vous vous entendez bien, il y a des chances que vous ayez un copain pour le reste de votre vie de randonnée.

  3. Très endurant et excellent pour garder un rythme régulier.

  4. Ils vous portent toutes vos affaires.

Randonner seul ou en groupe ?

 

Vous avez toujours entendu “il ne faut pas marcher seul”’ ; ce conseil peut s’avérer très pertinent pour des randonneurs débutants ou inexpérimentés. Vos capacités à randonner seul ou non dépendent de plusieurs paramètres :

  • Votre condition physique
  • Votre niveau d’expérience en randonnée (compétences et connaissances)
  • La catégorie de la randonnée
  • Vos préférences personnelles

Même si marcher seul peut être pour vous d’une grande satisfaction, ne négliger pas les problèmes qui pourraient survenir lorsque vous vous engagez sur des terrains que vous ne connaissez pas et pour lesquelles vous n’êtes pas préparé physiquement, battre les sentiers n’est malheureusement pas sans risque.

Il existe trois sortes de randonnées : la sortie à la journée, l’itinérance, et le périple au long ; mais quelle que soit son intensité ou sa nature, une randonnée doit être bien préparée.

La randonnée est facilement accessible et praticable par tous, c’est une activité saine et bienfaisante où l’on est proche de la nature, mais elle reste une activité particulièrement accidentogène, ne surestimez dons pas vos capacités.

Les avantages de la randonnée en groupe

La camaraderie avec des personnes partageant les mêmes idées.

Possibilité d’apprendre de ceux qui ont une plus grande expérience. Particulièrement utile pour les nouveaux randonneurs.

Réduire la charge en partageant le matériel (en itinérance)

 

Blessure ou maladie: il est toujours réconfortant de savoir que l’assistance est proche.

Les désavantages:

Le sens de la liberté est compromis. Le rythme, les camps, les pauses, les choix alimentaires, les temps de départ et de finition sont souvent déterminés par le chef du groupe ou par consensus général.

Vous créez un impact sur l’environnement lors d’une randonnée en groupe

Plus il y a de randonneurs, plus il y a de bruit et  d’odeurs et moins on a de chance d’observer  la faune.

 

Conseil : Si vous choisissez de faire de la randonnée en groupe, faites des randonnées à la journée.

 

Les avantages de la randonnée en solo

La liberté: la liberté de choisir le rythme de marche, où vous campez, ce que vous mangez et lorsque vous faites une pause.

Connectivité: sens élevé de la connexion avec votre environnement naturel. Vous pourrez mieux observer la vie sauvage et aurez un impact réduit sur l’environnement.

Compétences: Amélioration de l’opportunité d’améliorer vos compétences en milieu sauvage. Lors de sorties avec des randonneurs plus expérimentés, il est souvent plus facile de laisser les animateurs ou les guides prendre en charge la recherche d’itinéraire, la sélection de camping, etc. Lorsque vous partez en solo, c’est vous aurez cette initiative.

Contemplation: Aucune exigence de temps et libéré du tumulte le vie urbaine, vous marchez pour vous-même, voici une occasion idéale pour la réflexion et la  méditation.

 

 

Les désavantages :

En cas de blessures ou de maladie.

Votre sac est plus lourd, puisque vous avez tout l’équipement.

Si vous marchez sur des chemins balisés, aucun problème, mais hors sentiers, vous serez seul pour vous orienter, d’où l’importance d’avoir une bonne formation en la matière.

La solitude: Certes il y a un certain  romantisme à marcher seul au milieu de la nature, cela peut sembler génial. Cependant, la réalité peut s’avérer différente, si vous n’aimez pas la solitude dans la vie quotidienne, ce sentiment sera amplifier lorsque serez au milieu de la nature.

 

Le mélange du randonneur aux grains de chocolat

 

Ingrédients

  • 2 blancs d’œuf
  • 50 g de beurre crémeux
  • 125 ml de miel (125 ml)
  • 3 tasses de flocons d’avoine
  • 2/3 tasse de canneberges séchées
  • 1/4 tasse de graines de citrouille vertes,
  • 1/4 tasse de graines de tournesol
  • 1/4 tasse de germe de blé
  • 2 cuillerées de graines de lin
  • 2 cuillerées de graines de sésame
  • 3/4 tasse de grains de chocolat

Préparation

Temps de préparation : 15 minutes

Préchauffez le four à 180 °C

Fouettez les jaunes d’œufs jusqu’à ce qu’ils deviennent mousseux.

Incorporez le beurre en fouettant, puis le miel continuer de fouetter jusqu’à obtenir un mélange homogène.

Mélangez ensuite les flocons d’avoine avec les canneberges séchées, les graines de citrouille, les graines de tournesol, le germe de blé, les graines de lin et les graines de sésame.

Versez le mélange des blancs d’œuf sur le mélange des graines.

Mélangez jusqu’à ce que le tout soit bien enrobé.

Ajoutez les grains de chocolat et remuant le mélange.

Pressez fermement le mélange dans un moule carré tapissé de papier sulfurisé.

Laissez Cuire de 15 à 18 minutes ou jusqu’à ce que les bords soient dorés.

Laissez reposer jusqu’à ce que le tout soit pris (environ 1 heure) puis coupez en barres.

Les barres se conservent environ 3 jours à température ambiante

Et 2 mois dans le congélateur.

Bonne dégustation

Prenez soin des sentiers de randonnée

Alors que l’impact d’un seul individu peut être minime, les dommages causés par un certain nombre de randonneurs faisant exactement la même chose sont tout autre. Les répercussions de la randonnée hors-sentier dans les zones à fort trafic génèrent :

  • Une érosion à grande échelle
  • Une végétation endommagée
  • Une perturbation de la faune
  • Une hydrologie altérée
  • L’élargissement des sentiers

L’objectif principal d’un système de sentier unique est de permettre aux gens de profiter d’un environnement naturel tout en minimisant l’impact négatif induit par l’homme dans certaines zones. Lorsque un grand nombre de randonneurs skient dans les tourbières, coupent les pistes ou prennent des raccourcis, cet équilibre est fondamentalement compromis.

Même si la piste est boueuse ou humide, essayez de suivre le chemin, la végétation endommagée par l’érosion ne se régénère pas aussi facilement. En zone alpine, les saisons de croissance sont courtes, le vent, les rayons UV intenses et les lourdes charges de neige pendant l’hiver rendent la vie précaire et fragile. Certaines plantes peuvent prendre entre 300 et 500 ans pour se reconstituer une fois détruites. Réduisez vos impacts sur cette végétation en marchant sur les roches et en restant sur les sentiers, si disponible. Marchez sur les chemins tracés et non sur la végétation.

Sept conseils pour aider à minimiser votre empreinte environnementale pendant une itinérance :

  1. ne laissez pas d’ordures, emballez les, emportez les ; apportez un sac en plastique supplémentaire que vous soyez dans des refuges, des zones de bivouac ou en pleine nature. Faites en une habitude. Et si d’autres randonneurs vous voient en train de le faire, peut-être vous imiteront ils.
  2. En refuge ou sur des zones de bivouac : Si vous campez dans des ces endroits de grand passage, respectez la zone désignée afin de ne pas étendre la surface déjà utilisée.
  3.  La rando en groupe : Essayez de minimiser la taille du groupe. Les groupes plus importants ont un impact plus important sur le plan environnemental (visuel et audible).
  4. Le camping sauvage: Le camping en zone de bivouac est souvent appelé camping sauvage ou furtif, la responsabilité du randonneur de pratiquer cette activité est de ne laisser aucune de trace de son passage. Évitez les feux (sauf dans les situations d’urgence), vous ne devez en aucun cas déraciner des plantes ou rompre des branches dans l’idée de créer un abri.
  5. Le feu : Si vous devez faire un feu (par exemple, dans une situation d’urgence pour vous réchauffer), minimisez votre impact en le transformant en un feu Ecolo. Idéalement, faites le sur une surface déjà touchée, comme une rivière sèche ou un lit de ruisseau. Mais, il y a certains moments et endroits où vous ne devez jamais faire de feu:
  • Chaque fois que les ressources en bois sont limitées ou en danger.
  • À proximité d’un village (Surtout dans les pays en voie de développement ; Les gens du pays ont certainement plus besoin de bois que vous).
  • Et plus important encore, dans les zones à fort risque d’incendie. Respectez toujours les règlements et / ou les restrictions d’incendie dans les zones où vous randonnez. Soyez conscient des conditions météorologiques. De nombreux feux de brousse ont résulté de randonneurs ignorant les panneaux d’avertissement.
  1.  Impact du feu de camp: si vous décidez de faire un feu de camps, prenez un moment et réfléchissez à l’impact que vous causerez. Les brindilles, les branches et les bûches n’attendent pas au milieu de la forêt, qu’un randonneur de passage pour viennent les brûler. Elles jouent un rôle très important dans un processus de décomposition et permet à la nature de se régénérer, elles servent aussi d’habitat aux insectes. De plus elles fournissent des nutriments à la terre, utiles à la croissance des plantes. La combustion interrompt ce processus et compromet la qualité du sol.
  2.  A votre départ, ne laissez aucune trace : Quand il est temps de partir, quel que soit le lieu de votre bivouac, supprimez tout signe de votre présence. Effacez les traces de votre abri et replacez les roches, les branches ou les feuilles. Ceci est particulièrement vrai en pleine nature, ou dans des sites vierges. Personne ne devrait voir que vous avez bivouaqué à cet endroit.

Comment choisir ses bâtons de randonnée

Les randonneurs utilisent les bâtons de randonnée pour l’équilibre, tout comme le chien avec ses quatre pattes qui finalement tombe rarement. Les bâtons de randonnée réduisent également l’impact sur les genoux et les hanches pendant la randonnée, ils  permettent de maintenir la fonction musculaire tout en réduisant la douleur.

Combien de bâtons de randonnée ai-je besoin?

Puisque vous avez deux jambes, il est logique de prendre deux bâtons de randonnée. Vos genoux vous remercieront. De plus, deux bâtons sont très utiles lors d’une traversée de rivière ou de randonnée sur la glace ou la neige. Un seul bâton est idéal pour des excursions courtes ou sur un terrain plus facile.

 Un conseil : achetez deux bâtons, en cas d’évolution dans vos randonnées, vous aurez les 2 mêmes bâtons, trouver une correspondance sera ensuite plus  difficile.

Les bâtons sont réglables

La plupart des bâtons de randonnée ont une longueur réglable, ce qui permet de les rétracter afin de les transporter facilement dans le coffre de la voiture ou attaché sur le sac à dos. Lors du choix de vos bâtons, prenez note de leur longueur maximale et minimale.

La longueur maximale des bâtons de randonnée

Les personnes assez grandes (1m90 ou plus) devront choisir un bâton avec une longueur maximale d’au moins 1m 35. Quant aux personnes plus petites, la plupart des bâtons de randonnée s’ajusteront à la longueur appropriée. Gardez à l’esprit que vous devrez ajuster la longueur en fonction de l’inclinaison du terrain.

Longueur minimale des bâtons de randonnée

La plupart des bâtons peuvent être réduits en taille afin de faciliter le stockage. Si vous les transportez attachés sur le sac à dos, assurez-vous qu’ils se réduisent à une taille très courte, idéalement 75 cm ou moins (3 brins).

 

Méthodes d’ajustement

Il existe deux types de bâtons de randonnée réglables : des bâtons  à clips et des bâtons à vis. D’une manière générale, les bâtons de randonnée à clips sont plus chers, mais  ils sont plus pratiques à régler, même si le serrage du clip est parfois un peu délicat. Quant aux bâtons à vis, ils ont tendance à glisser en cours de randonnée. Quoi qu’il en soit, vous devrez acheter des bâtons réglables ; selon que vous randonnez en montée ou en descente, les réglages seront différents.

Les bâtons Antichocs

Si vous avez des genoux ou des poignets fragiles (ou si vous souhaitez éviter les douleurs), pensez à investir dans des bâtons de randonnée antichocs. Un mécanisme à ressort présent dans chaque bâton absorbe une partie des chocs pendant les descentes escarpées. L’inconvénient des bâtons antichocs est qu’ils sont nettement plus lourds que les autres,  donc choisir l’un ou l’autre dépendra de vos préférences. Assurez-vous d’essayer vos bâtons dans le magasin avant de les acheter, certains randonneurs ne jurent que par des bâtons antichocs, d’autres ne voient pas la différence.

Les poignées en liège

En randonnée si vous avez les mains qui transpirent, achetez des bâtons avec des poignées en liège. Elles sont moins glissantes que les poignées synthétiques. De plus, les poignées en liège sont plus légères que les poignées synthétiques, et plus vous les utilisez, plus elles s’adaptent à la forme de la main.

Les poignées en caoutchouc

Les poignées en caoutchouc sont plus durables et surtout imperméable,  elles sont donc parfaites pour les randonnées en conditions défavorables (pluie, neige) et pour les randonnées alpines. Cependant, certains randonneurs n’aiment pas le frottement constant du caoutchouc qui peut entraîner des ampoules.

Les poignées en mousse

Les poignées en mousse peuvent être lisses et gluantes dans des conditions humides, mais elles sont très confortables à utiliser lors de conditions climatiques sèches.

Les bâtons de randonnée avec  poignées ergonomiques

La poignée ergonomique a été façonnée pour accueillir précisément la paume de la main, une fonctionnalité qui n’est

pas forcément nécessaire pour les bâtons de randonnée, mais elle les rend plus faciles à prendre en main et procure une meilleure adhérence.

Les dragonnes

Les dragonnes des bâtons vous permettent de vous détendre légèrement et de transférer une partie de la pression sur votre bras. Cela peut faire une différence sur une longue randonnée. Les dragonnes doivent être réglables. Pour les randonnées de longue distance, un rembourrage sur la sangle peut être sympa. elles permettent aux bâtons de se caler aux poignets et vous permet également lors de pentes particulièrement raides de marcher à quatre pattes.

Le poids des bâtons de randonnée

En parcourant de longues distances, plus le bâton est léger, mieux c’est. (300 Grammes ou moins pour chaque bâton). Les bâtons de randonnée en carbone sont moins lourds mais pas très résistants. L’aluminium est plus lourd, mais durera probablement plus longtemps que le carbone.

Les paniers

Les parties rondes en forme de fleurs, vissées aux extrémités des bâtons se nomment les paniers. Ils sont utiles pour éviter de coincer les bâtons entre deux pierres.

Sélectionnez des bâtons avec des paniers de grande taille (7 cm de diamètre) si vous randonnez dans des conditions d’enneigement.  Pour les randonnées estivales, les petits paniers sont moins encombrants. Dans certains cas les bâtons sont vendus avec les paniers, sinon vous devrez les acheter en même temps.

Le wind chill ou comment se protéger du vent en randonnée

Le wind chill ou indice de refroidissement éolien peut être décrit comme une sensation que nous ressentons sous l’effet de refroidissement combiné de la température et du vent. Le wind chill ne peut pas être mesuré à l’aide d’un appareil, alors les scientifiques ont mis au point une formule mathématique combinant la vitesse du vent et la température de l’air à la sensation de refroidissement de la peau humaine.

Avant 2001, le wind chill était calculé en fonction du temps nécessaire pour qu’un cylindre d’eau gèle avec le vent, d’après des expériences menées à Antartica en 1939. En 2001, une équipe de scientifiques du Canada et des États-Unis ont décidés de développer un nouveau concept.

Le chil index est basé sur la perte de chaleur des visages humains, c’est la partie du corps la plus susceptible d’être affectée par le refroidissement éolien. Le windshill n’affecte pas les objets inanimés comme les automobiles ou les toiles de tentes, il ne peut pas refroidir la température de l’air qui se trouve à l’intérieur.

Comprendre le wind chill est particulièrement important pour la prévention des engelures et de l’hypothermie. Au fur et à mesure que la vitesse du vent augmente, le corps se refroidit à un rythme très rapide, entraînant une chute de la température de la peau. Si votre corps est humide, le vent peut accélérer le processus d’évaporation ;  lorsque votre corps est humide, s’il est exposé au vent,  la chaleur corporelle chute encore plus vite.

La meilleure façon de vous protéger contre le windshill si vous êtes mouillé, est de trouver un abri et de vous protéger du vent, changez de vêtements ou retirez vos vêtements.

Lorsque le wind chill est élevé, essayez de couvrir la peau exposée au vent le mieux possible, en particulier la tête où jusqu’à 40% de la chaleur corporelle est perdue. Porter une couche extérieure résistante au vent et protégez vos mains avec des mitaines qui couvrent les poignets et portez des chaussettes de laine dans vos chaussures.

Source Wikipédia

Qu’est ce que la dénivelée de la randonnée

La dénivelée représente la montée en altitude entre le début d’une randonnée et son point le plus haut. Le gain en altitude combiné au kilométrage d’une randonnée est utilisé pour déterminer la pente d’un sentier qui est le principal facteur d’attribution des cotes de difficulté.

La dénivelée cumulée

La dénivelée cumulée représente le cumul de toutes les montées de la randonnée, du départ à l’arrivée. Les sentiers sont souvent des hauts et des bas,  quelquefois, une montée constante.

La dénivelée cumulée  représente toutes ces montées traversées et indique plus précisément la difficulté de la randonnée. Ce chiffre est souvent une valeur estimée. Lorsqu’il est disponible, il sera utilisé dans le tableau récapitulatif en haut d’un rapport de randonnée.

 

La dénivelée positive

La dénivelée est représentée par le point haut par rapport au point bas. C’est  l’altitude du point de départ de la randonnée soustraite de l’altitude du point le plus élevé de la randonnée. C’est une bonne indication de l’inclinaison d’une randonnée, mais elle devient moins efficace quand un sentier avec de nombreuses descentes intermédiaires qui, à leur tour, nécessitent une escalade supplémentaire. Lorsque aucun chiffre n’est disponible pour La dénivelée cumulée, l’altitude du point haut par rapport au point bas sera affichée dans le tableau récapitulatif de randonnée.

 

La dénivelée “minimal”

Le mot «minimal» est utilisé lorsque le chiffre de l’altitude exact n’est pas disponible et que les sentiers décrits ne comprennent que de petites collines. Souvent, lorsque “minimal” est utilisé, cela signifie que le sentier a très peu de dénivelée..

 

La dénivelée négative

La dénivelée négative est juste le contraire de la dénivelée positive, elle représente le changement négatif d’altitude, la descente d’une montagne ou d’une colline. Avec des descentes faciles à modérés, la plupart des gens descendent plus vite en descente qu’ils ne montent. Lorsque le dénivelé est plus raide et que la pente est mauvaise, les descentes sont souvent plus longues, et plus pénibles que les montées.

Deux exemples de profil de randonnée

Éliminer ses déchets en randonnée

En randonnée, ce que vous avez apporté, remmenez le. C’est l’une des règles les plus difficiles à suivre. La nature n’absorbe pas nos déchets, les canettes, le verre, le papier d’aluminium, le plastique,  les produits d’hygiène et les déchets alimentaires ne doivent jamais être brûlés ni enfouis. Tous les déchets doivent être emballés dans des sacs plastiques et emportés. Inspectez votre site avant de partir pour ne pas laisser de déchets (y compris les déchets laissés par les autres) et même les aliments renversés. Vous devez laisser votre site plus propre que lorsque vous êtes arrivé.

Il y a maintenant deux écoles sur la façon de traiter les déchets humains. Certaines règles à faible impact enseignent à laisser la matière fécale à la surface pour permettre aux bactéries présentes de mourir. D’autres recommandent d’enterrer toutes les matières fécales  dans un trou de 15 ou 20 cm sous terre. La meilleure façon de le faire est avec une pelle enlever une motte de terre en une seule pièce d’environ 20 cm de profondeur. Lorsque vous avez fini d’utiliser ce trou, replacez simplement la motte . Encore une fois tous les produits en papier ou d’hygiène doivent être emportés. Si vous campez dans une zone aride ou semi-aride, l’urine peut être éliminée avec un peu d’eau claire et toujours en aval de votre camp. L’urine laissée à la surface dans un environnement désertique peut prendre des mois pour se laver, et laisser une odeur puissante qui affectera la faune.

Lorsque vous lavez votre vaisselle, faites-le au moins à 100 m de toute source d’eau naturelle. Utilisez de l’eau chaude pour laver votre vaisselle et si vous utilisez du savon, utilisez-le avec parcimonie et prenez des produits à faible teneur en phosphate et biodégradables. Dispersez votre eau souillée sur une grande surface et ne laissez pas de déchets alimentaires significatifs dans l’eau souillée.

LAISSEZ CE QUE VOUS TROUVEZ

Si vous visitez des lieux historiques ou culturels, n’hésitez pas à les examiner et à les regarder, mais ne les touchez pas, ne les déplacez pas et ne les modifiez pas. Les pétroglyphes du désert d’Atacama sont en grave danger avec l’activité touristique. La transpiration de nos mains est  très corrosive pour des artefacts fragiles.

Laissez les roches, les plantes, et autres objets naturels où vous les avez trouver. Déplacer une roche pour l’utiliser comme un tabouret peut affecter la faune et laisser une cicatrice visible. La collecte de roches, de végétaux ou d’échantillons géologiques est illégale dans la plupart des parcs naturels, et dans certains contextes peut être considérée comme un crime très grave.

Faire des efforts pour empêcher l’introduction d’espèces non indigènes dans une région. Si vous avez parcouru une longue distance vers un nouveau camp, assurez-vous de votre équipement,  vérifiez que vos chaussures et votre tente sont exemptes de poussière et de saleté, cela peut abriter des graines, qui peuvent endommager un écosystème par son introduction. Si vous utilisez des chevaux ou d’autres animaux de portage, renseignez-vous auprès  des autorités locales, l’introduction équestre d’espèces non indigènes est un problème sérieux aujourd’hui.

Ne construisez pas de structures,  ne creusez pas de tranchées ou ne construisez pas de toilettes. Encore une fois, un bon camp doit être trouvé, et non pas créé. Construisez une structure seulement dans une situation de survie (où votre vie en dépend absolument).

MINIMISER LES IMPACTS D’UN FEU DE CAMP

Les feux de camp peuvent causer des cicatrices de longue durée. Si possible, utilisez un réchaud et une lanterne à gaz pour cuisiner et vous éclairer.

Lorsque les feux sont autorisés dans une zone, utilisez des grilles, des poêles ou autres.

Ne faites pas de gros feux. Utilisez uniquement du bois mort trouvé sur le sol qui peut être cassé à la main. Les grands feux peuvent être difficiles à gérer.

Brûlez tout le bois et les charbons jusqu’à la cendre (ou autant que possible). Éteignez complètement le feu de camp avec de l’eau et remuez les cendres jusqu’à ce qu’il ne reste plus de braise ou de points chauds. Répartissez les cendres refroidies (fait correctement, ce peut être bon pour l’environnement). Les charbons qui restent doivent être assez cassants de façon à être écrasés en marchant dessus.

10 Conseils pour prendre des photos en randonnée

  1. Ayez toujours votre appareil prêt

Il ne sert à rien d’amener votre appareil photo en randonnée, s’il est au fond de votre sac à dos et que vous ne pouvez y accéder facilement

  1. Baissez vous

Lorsque vous photographiez des enfants, descendez à leur niveau. Vous obtiendrez une meilleure vue de leur visage et cela donnera un regard sur ce que ressemble le monde  de leur point de vue. De plus vous aurez le niveau de l’horizon au milieu de la photo.

  1. Rapprochez vous

N’ayez pas peur de vous rapprocher pour que votre sujet soit complètement dans le cadre, vous aurez une plus grande expression des personnages. Jouez à la fois avec l’utilisation du zoom et la proximité physique, les deux effets sont intéressants.

Lorsque vous prenez des photos de paysage, vous pouvez zoomer, mais un plan large sur des paysages, donne aussi de belles photos. Plutôt que de prendre des montagnes seules, donnez vie à vos photos et incluez des personnages, d’une part pour la perspective et pour éviter d’avoir des images « plates » et d’autre part, vous racontez une histoire, celle de vos aventures.

  1. Regardez autour de vous, intéressez-vous aux éléments visuels

Ce peut être une formation rocheuse, la racine d’un arbre renversé, un méandre dans le ruisseau…

  1. S’arrêter et jouer

Une fois que vous trouvez un endroit intéressant, restez là pendant un certain temps.  Le jeu dans la nature est tout aussi important, sinon plus, de plus, il permet de faire de bonnes photos. Une photo de votre enfant qui interagit avec la nature est beaucoup plus mémorable qu’un coup d’œil qui la traverse.

  1. Ayez le soleil dans le dos

Faites attention à l’éclairage lorsque photographiez en randonnée. Il où est le soleil? Si le soleil est derrière vous, cela signifie que votre sujet est éclairé. Si il est devant vous, le visage de votre sujet sera très probablement à contre-jour. En outre, plus le soleil est bas dans le ciel, plus l’éclairage est grand (à l’aube et juste avant le crépuscule) c’est ce qu’on appelle  les heures magiques quand la lumière naturelle du soleil est optimale. Évitez de prendre des photos lorsque le soleil est au zénith, la lumière qui vient du haut crée des ombres profondes sur les yeux et un éclairage général et sévère.

  1. Ombre ou soleil ?

Ralentir le temps de pose d’une photo est très simple de nos jours avec les réglages entièrement automatiques. L’exposition,  signifie que votre appareil photo mesure la quantité de lumière dans une scène et ajuste  l’ouverture et le temps de pose pour obtenir une image parfaite.

Lorsque que vous avez beaucoup de zone d’ombre et soleil à la fois, ça se complique, l’appareil ne peut choisir qu’un seul paramètre d’exposition, dans ce cas,  ni les zones d’ombres ni les parties ensoleillées ne seront exposées correctement. Pour une meilleure exposition préférez un sujet entièrement à l’ombre ou entièrement au soleil.

  1. Choisissez un ISO rapide

Demander à des enfants de 2 ou 3 ans de rester calme pendant que vous prenez une photo n’est pas très facile. Un changement simple dans la configuration de votre appareil photo signifie que vous n’aurez plus à leur demander l’impossible. L’ISO est parfois appelé “vitesse d’obturation”. Plus le nombre ISO est élevé, plus “la vitesse d’obturation” est rapide, et plus vos sujets peuvent se déplacer rapidement.

Pensez à vos enfants en tant qu’acteurs: ISO 800 et plus est généralement recommandé pour la photographie de sport et d’action. Vérifiez Le manuel de votre appareil photo pour modifier manuellement l’ISO. Sur l’appareil photo de votre smartphone, vous le trouverez dans le menu de réglage.

  1. Faire des photos fun

Les photos que vous prenez en randonnées sont vos souvenirs, vos histoires, ne photographiez pas votre famille comme des modèles ; éloignez-vous un peu, mettez-vous en mode caché et vous aurez toujours plus de plaisir à regarder vos souvenirs de randonnée.

Plus d’infos pour apprendre la photo