• infos@kinoha.fr

Randonnée et Méditation

Randonnée et Méditation

Il est très facile et très naturel de méditer pendant la randonnée. La nature nous donne beaucoup d’opportunités de nous connecter avec elle et d’être avec nous-mêmes. Ce qui est différent à propos de la méditation dans la nature, c’est qu’elle est simple, profonde et percutante. Tout ce dont nous avons besoin pour équilibrer le flux de notre propre pensée se trouve dans le moment présent, tout le long du chemin.

Lors d’une randonnée, nous pouvons nous déconnecter de nos sources de stress. Même si nous marchons sur le chemin, nous pouvons commencer à remarquer le ciel qui nous entoure, c’est une invitation à se détendre et à s’ouvrir. Lâchez toute tension en faisant vos premiers pas lentement.

Ressentez le terrain sous vos pieds. Restez immobile quelques instants en portant une attention particulière à la stabilité du pied d’appui avant de continuer. Remarquez les courbes naturelles et les textures du terrain. Passez sur les racines et les rochers et gardez votre centre de gravité en équilibre. Soulevez votre poitrine, et gardez vos épaules en arrière. Déplacez-vous dans la nature avec force, grâce et respect.

En vous déplaçant, laissez vos yeux suivre le panorama autour de vous. Prenez conscience des aspects les plus marquants du paysage, et créez une intention dans votre esprit concentrez vous sur le beau et le mystérieux. Cette intention indique à l’esprit: “il y a des secrets à révéler ici, laissez-moi être ouvert à eux.”
Suivez le flux de vos muscles lorsque vous vous déplacez et prenez conscience de la façon dont votre corps se déplace pour supporter votre poids. Sentez votre cœur battre dans votre poitrine, respirez profondément et prenez un moment pour apprécier cela. Nos corps physiques sont des vases d’expérience et la nature met nos sens en alerte, ce cadeau augmente notre capacité à apprécier tout ce qui nous entoure.
Découvrez la beauté qui vous entoure à chaque instant. Suivez la racine jusqu’au tronc, le tronc à la branche, la branche à la feuille. Regardez le faucon glisser et flotter sur des vagues imaginaires. Écoutez la symphonie de la nature, et suivez chaque note jusqu’à sa source. Il y a des relations partout, et nous construisons les nôtres avec chaque connexion sensorielle. Nous créons nos propres liens invisibles avec l’attention focalisée sur ce que nous voyons, entendons et ressentons.

Apprenez à observer la nature en faisant attention au temps qui passe, les lignes, les formes et les motifs racontent une histoire d’empreintes invisibles. Étudiez ces empreintes en observant le flux des structures. Tout change, et vos sens sont mis en exergue. Nous pouvons observer un arbre et le regarder changer avec la lumière, le vent, les diverses créatures qui le visitent. Nous pouvons nous étendre au milieu d’une prairie et regarder le ciel, les nuages défiler et se transformer. Les choses vont et viennent, et le mouvement est sans fin.
C’est dans cette observation que naît la méditation. Nous suivons le mouvement dans notre esprit sans réfléchir, et le regardons aller et venir. Nous nettoyons notre conscience en regardant chaque moment de changement qui passe autour de nous. Tout se passe sans effort, et suivre ce processus fait de la méditation une sensation profonde. Nous pouvons nous concentrer sur l’expérience et l’apprécier, sans atténuer la vision avec un dialogue intérieur. Le courant du changement devient purificateur qui élimine le banal et l’artificiel, et nous remplit de la réalité substantielle de l’impermanence. Cette réalité nous rappelle que les structures de la forme et de la pensée qui gouvernent parfois nos vies n’ont pas d’autre poids que ce que nous leur donnons.

La paix qui vient de ce processus devient vite évidente. Les barrières tombent, et nous ne nous sentons plus détaché de tout ce qui nous entoure. Nous entrons bientôt dans le courant, et il nous guide vers de nouveaux niveaux de compréhension et de sensibilisation.

Avec la beauté, je peux marcher.
Avec la beauté devant moi, je peux marcher.
Avec la beauté derrière moi, je peux marcher.
Avec la beauté au-dessus de moi, je peux marcher.
Avec la beauté au-dessous de moi, je peux marcher.
Avec la beauté tout autour de moi, je peux marcher.

Dans la vieillesse errant sur une piste de beauté, animée, puis-je marcher.
Dans la vieillesse errant sur une piste de beauté, vivant à nouveau, puis-je marcher.

C’est fini en beauté.
C’est fini en beauté.

Une prière indienne Navajo du deuxième jour de la nuit Chant (anonyme)

Ghyslaine